La gouvernance du climat sous la loupe

Publié le : 15 janvier 2016

La gouvernance du climat sous la loupe

Le volumineux ouvrage de Stefan Aykut et Amy Dahan – 750 pages ! – a rendu de très grands services à tous ceux qui, avant la Conférence de Paris, voulaient comprendre l’état des négociations internationales sur le climat pour mieux suivre cet événement. Ce livre excellemment documenté, très lisible, garde toute sa pertinence au lendemain de l’accord de Paris, car son objet central, le schisme de réalité entre la diplomatie du climat, enfermée dans sa bulle, et la réalité du monde, reste à peu près entier.

Ce schisme a notamment pour origine les attentats de New York de 2001, prétexte à la deuxième guerre d’Irak qui, sous couvert de guerre contre le terrorisme, avait pour véritable objectif le pétrole au Moyen-Orient. La décision brutale des Etats-Unis, la même année, de ne pas ratifier le protocole de Kyoto a vidé les négociations du principal émetteur de gaz à effet de serre. La crise des subprimes, en 2008, liée à la libéralisation financière et à la mondialisation des échanges a ensuite rendu inévitable l’échec de la Conférence de Copenhague, en 2009.

C’est ainsi que, depuis vingt-trois ans, les diplomates voient leurs efforts pour réduire les émissions de CO2 couronnés d’échecs répétés. « En ciblant [ces] émissions au lieu de s’attaquer aux modes de développement économique, aux règles du commerce international ou au fonctionnement du système énergétique mondial, le régime climatique a établi des « murs coupe-feu » entre le climat et les autres régimes internationaux », écrivent les auteurs. Ce sont ces murs qu’il faut faire tomber. Aussi vite que possible.

Aykut S, Dahan A. Gouverner le climat ?, Vingt ans de négociations internationales, Les presses de Sciences Po, Paris, 2014.