Catastrophe chimique

Publié le : 17 avril 2015

Catastrophe chimique

En évoquant, dans Un empoisonnement universel, la façon dont les produits chimiques envahissent de toutes parts la planète, Fabrice Nicolino avance en terrain déjà très balisé. Mais il le fait avec l’espoir d’alerter et de secouer toujours plus de personnes pour qu’elles prennent la mesure de la dérive dont l’industrie chimique se rend responsable depuis un siècle en toute impunité ou presque et se mettent, à leur tour, à œuvrer pour faire arrêter ce désastre.

En plus de 400 pages, ce journaliste gravement blessé lors de la tuerie de Charlie Hebdo, où il assurait une chronique hebdomadaire, dresse un réquisitoire très documenté contre cette industrie marquée, au début du XXe siècle, par la figure noire de Fritz Haber, légendaire inventeur des gaz de combat utilisés lors de la Première Guerre mondiale, assassin de masse qui reçoit pourtant le Prix Nobel, pour d’autres travaux, en 1918.

Aujourd’hui, cette industrie produit, dans une continuité destructrice, un total de quelque 500 millions de tonnes de produits chimiques chaque année – environ 90 millions de substances différentes –, qui perturbent très fortement le fonctionnement du vivant et, par ricochet, la santé humaine.

Et si les écosystèmes et les humains sont transformés en décharges publiques, rappelle Fabrice Nicolino, c’est parce que les principales agences de santé publique, en particulier l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), n’assument pas correctement leur mission de protéger la santé des populations.

Car il y a une relation causale entre la diffusion dans l’environnement de quantités folles de molécules de synthèse, dont les perturbateurs endocriniens, et l’explosion de maladies non transmissibles à laquelle on assiste : cancers, obésité, diabète, maladie d’Alzheimer, autisme, asthme, fibromyalgie. Conséquence : l’indice d’espérance de vie sans incapacité baisse, en France, depuis 2007.

Ce qui rend ce phénomène possible, dénonce Fabrice Nicolino, c’est l’absence scandaleuse de contrôles dignes de ce nom. C’est la collusion d’intérêts entre les agences étatiques et supra-étatiques de santé publique et l’industrie chimique. C’est l’incurie des parlementaires face à cette situation choquante. C’est aussi l’incapacité des mouvements de patients, des militants écologistes et des valeureux journalistes qui travaillent sur ce dossier à créer le sursaut nécessaire pour empêcher la poursuite de cette tragédie sanitaire.

Nicolino F. Un empoisonnement universel. Comment les produits chimiques ont envahi la planète, Les liens qui libèrent, Paris, 2014.