Entropie et finitude de la Biosphère : pour une bioéconomie

Le tissu vivant à la surface de la Terre – la Biosphère – fonctionne et évolue grâce aux apports quotidiens en énergie solaire et aux échanges constants de matières et d’énergie avec le système géochimique de la Terre. Mais alors que l’utilisation massive des énergies fossiles perturbe les équilibres séculaires qui régissent ces apports et ces échanges, l’économie en vigueur n’en tient compte qu’à la marge.

 Et pour cause ! Ses fondements s’enracinent dans l’économie politique créée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, époque préindustrielle, en décalage total avec la modernité thermo-industrielle qui déferle sur le monde depuis la seconde moitié du XIXe siècle et, plus encore, depuis le XXe siècle.

Mars - avril 2011

En savoir plus

041-035

3.00 CHF

  • Auteur : LRD a élaboré ce texte en collaboration avec Jacques Grinevald, philosophe et historien du développement scientifique et technologique, professeur à l’Institut des hautes études internationales et du développement et à l’Université de Genève