Seule une action publique cohérente et courageuse peut freiner l'essor de la voiture

Rapide, confortable, pratique. Ces adjectifs reviennent le plus souvent pour qualifier la voiture individuelle. L’image favorable de ce moyen de déplacement est telle qu’il déclasse tous les autres. Le règne de la voiture est d’autant plus incontesté que la structure spatiale de l’agglomération est peu dense et que les places de stationnement abondent. Seules des conditions de stationnement ou de circulation difficiles dissuadent de sortir la voiture du garage. Dès lors, pour limiter l’emprise de l’automobile, il ne suffit pas d’améliorer l’offre en services collectifs, il faut aussi modeler les territoires qui vont avec.

Décembre 2005 - janvier 2006

En savoir plus

018-019

3.00 CHF

  • Auteur : Vincent Kaufmann est professeur au Laboratoire de sociologie urbaine de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse, et enseigne à l’Ecole nationale des ponts et chaussées, à Champs-sur-Marne, en France.