Il faut inventer un tourisme moins mercantile, de proximité et plus lent

Les métamorphoses du monde du travail, les avancées technologiques et les bouleversements sociologiques changent la face du tourisme : le nombre de voyageurs en quête de loisirs ne cesse d’augmenter, et avec eux leurs impacts négatifs sur les sociétés autochtones et les écosystèmes. Cette tendance reflète une évolution non durable globale à l’encontre de laquelle un autre tourisme montre le bout de ses chaussures de marche.

Juillet - août - septembre 2008

En savoir plus

030-020

2.00 CHF

  • Auteur : Rafael Matos-Wasem est professeur à l’Ecole suisse de tourisme et chercheur à l’Institut Economie et tourisme (HES-SO Valais), à Sierre, en Suisse.