Comment infléchir les émissions de CO2 dans quatre mégalopoles d'Asie

Pour des écarts de richesses qui vont du simple au quadruple, les habitants de Pékin, Séoul, Shanghai et Tokyo consomment des quantités comparables d’énergie. Très dépendants du charbon, Pékin et Shanghai émettent beaucoup plus de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, que les deux autres villes. Alors que les deux mégalopoles chinoises connaissent une expansion phénoménale, il est crucial que Séoul et Tokyo partagent leurs savoir-faire avec eux pour les aider à améliorer leurs performances en matière de consommation d’énergie et d’émissions de CO2.

Février - mars 2005

En savoir plus

014-018

2.00 CHF

  • Auteur : Shobhakar Dhakal dirige le projet de recherche sur la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre des mégalopoles asiatiques, à l’Institut pour les stratégies environnementales globales, à Kitakyushu, au Japon.