La transition écologique exige d'en finir avec le culte du PIB

Rencontre avec Dominique Méda.

Philosophe de formation avec un fort tropisme pour la sociologie, haut fonctionnaire tombée dans la marmite de la recherche, Dominique Méda questionne depuis plus de vingt ans la place excessive que la société moderne accorde au travail et à la production au détriment du sens, de la qualité de vie et, désormais, de l’avenir.

Pourquoi cette focalisation exagérée sur la productivité et le produit intérieur brut (PIB) qui maltraite le travail et emporte la civilisation à sa perte ? Pourquoi un tel manque de lucidité collective ? Peut-on – et comment – réorienter la machine sociale ?

Pour répondre à cette dernière question, il n’y a pour cette femme à la pensée très claire aucun doute : la transition écologique est une planche de salut. La seule. Mais depuis le chaos né de la crise des prêts immobiliers outre-Atlantique, en 2007-2008, les élites, dans leur large majorité, lui tournent le dos. Et la société subit pour l’instant cette erreur de fond.

La mystique de la croissance pose les données cardinales de ce manque de clairvoyance fatal et propose des voies très sensées pour reconstruire le monde. Interview au bord du précipice.

Novembre - décembre 2013

En savoir plus

050-010

3.00 CHF

  • Rencontre avec : Dominique Méda est professeure de sociologie à l’Université Paris Dauphine et titulaire de la chaire Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales au Collège d’études mondiales.