Sortir de la déraison économique, tendre vers une raison écologique

Rencontre avec Bernard Perret.

Après avoir beaucoup réfléchi sur l’économie, le travail, l’emploi, le lien social confronté à la marchandisation tous azimuts, Bernard Perret s’interroge, depuis cinq-six ans, sur l’écologie. Il prolonge ainsi une réflexion critique amorcée voilà vingt ans sur la façon dont la raison économique dominante finit par faire du tort à la société. Aujourd’hui, estime-t-il, l’impératif écologique impose de sortir au plus vite de l’impasse intellectuelle et institutionnelle de cette déraison collective et d’inventer une nouvelle raison, fondée sur – ou enracinée dans – l’écologie.

 Membre de la haute administration française depuis trente-cinq ans, désormais membre du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), Bernard Perret jouit, depuis son bureau perché au 26e et dernier étage de la Tour Pascal B, tout près de l’Arche de la Défense, d’un poste d’observation privilégié au sein de l’appareil d’Etat, et de la hauteur de vue que lui donne son expérience pour tenter d’ouvrir de nouvelles pistes pour cesser les fourvoiements des Etats modernes à l’origine d’une immense crise de civilisation. Une voix à entendre, qui parle depuis le cœur des institutions qui posent problème.

Décembre 2011 - janvier - février 2012

En savoir plus

044-009

3.00 CHF

  • Auteur : LRD
  • Rencontre avec : Bernard Perret est ingénieur, socio-économiste, haut fonctionnaire au Ministère de l’équipement, où il est membre du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), à Paris. Il est aussi essayiste.