La démocratie écologique passe par une expansion des droits et des libertés

La remarque revient très souvent. Seule une dictature serait en mesure de faire passer les réformes radicales que l’écologie imposerait à la société industrielle. Il est vrai que, d’un côté, certains, désespérés de la situation, renvoient aux analyses du philosophe Hans Jonas pour revendiquer le besoin d’une écologie à la dure. Mais de l’autre, ceux qui veulent que rien ne changer dénoncent la montée d’une insidieuse « dictature verte » à la moindre réglementation écologique.

La réalité montre au contraire que, loin d’être liée à une limitation des droits, la prise en compte de l’écologie implique leur expansion. Il s’agit d’admettre que tout citoyen a droit à « des conditions de vie satisfaisantes, dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien-être ». Et de reconnaître à chacun la liberté de faire valoir ce droit devant la justice.

Novembre - décembre 2007 - janvier 2008

En savoir plus

027-019

0.00 CHF

Ajouter au panier
  • Auteur : LRD