Après l'accord de Paris sur le climat, le schisme entre les mots et la réalité reste entier

Rencontre avec Amy Dahan

Amy Dahan, mathématicienne, historienne des sciences, travaille depuis 2002 sur la gouvernance du changement climatique. Avec son collègue Stefan C. Aykut, elle a superbement mis en exergue, dans Gouverner le climat ? Vingt ans de négociations internationales, le schisme qui confine la diplomatie du climat, ses méthodes, ses mots et ses décisions à l’écart de la réalité du monde qui fait la une des journaux : globalisation des marchés, Etats soumis à une concurrence économique féroce et accrochés comme jamais à leur souveraineté nationale et, in fine, exploitation effrénée des énergies fossiles.

Pour réduire ce schisme, Amy Dahan et Stefan C. Aykut discernent quatre pistes : désenclaver le climat, c’est-à-dire faire tomber les murs qui le séparent des autres arènes décisionnelles, du local à l’international ; le repolitiser, c’est-à-dire faire monter à la surface les points de désaccord pour les affronter ; le territorialiser, c’est-à-dire le rapprocher des niveaux géographiques où les décisions se prennent ; et le matérialiser, c’est-à-dire traduire ses objectifs en actions très concrètes pour sortir des énergies fossiles et passer à des filières énergétiques renouvelables.

Fin 2015, à Paris, lors de la 21e Conférence des parties (COP21) sur le climat, la mécanique onusienne a sans doute obtenu le meilleur accord qu’elle pouvait espérer. Mais en dépit de ses acquis, qui sont réels, et malgré la reconnaissance accrue du péril climatique qui s’est manifestée dans le monde à cette occasion, cet accord universel que les 195 pays réunis dans la capitale française ont signé ne rompt pas avec ce schisme, soutient Amy Dahan en toute lucidité. Une analyse critique essentielle et une source d’inspiration majeure pour les Artisans de la transition.

Avril - mai - juin 2016

En savoir plus

057-015

4.00 CHF

  • Rencontre avec : Amy Dahan est historienne des sciences, directrice de recherche émérite au CNRS, au Centre Alexandre Koyré, à Paris