En banlieue, la ségrégation sociale prend aussi la forme des quartiers pavillonnaires

La poussée de nouveaux quartiers pavillonnaires destinés à la classe moyenne supérieure remodèle profondément l’agglomération parisienne. Dans une ville désormais moins dense, les classes favorisées aspirent au « bon voisinage » en fuyant les ménages d’ouvriers et d’immigrés. En plus d’être vorace en espace et en énergie, ce mouvement de périurbanisation est un puissant facteur de ségrégation sociale, d’autant plus inquiétant qu’il s’ancre dorénavant solidement dans le territoire.

Février - mars 2005

En savoir plus

014-030

2.00 CHF

  • Auteur : Martine Berger est professeur de géographie à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, en France.