La construction en pierre massive pourrait revoir le jour

Que resterait-il du temps des cathédrales ou de ceux de la Renaissance ou du baroque sans la pierre naturelle ? Délaissée depuis un demi-siècle du fait de coûts de main-d’œuvre élevés et de faibles performances thermiques, la pierre est tombée en désuétude. Mais face aux défis du jour, ce matériau disponible un peu partout pourrait regagner du terrain sur le béton.

Juin - juillet - août 2009

En savoir plus

034-042

2.00 CHF

  • Auteur : Stefano Zerbi est doctorant au Laboratoire de construction et conservation de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).