De "nouvelles rivières urbaines" remettent l'eau au coeur de la ville

A Bruxelles, les étangs ont été asséchés, les ruisseaux canalisés, la plupart des rivières couvertes et transformées en égouts. Mais rien n’y fait : les inondations s’enchaînent. Et le sentiment grandit qu’il vaut mieux coopérer avec cet élément naturel que s’obstiner à lutter contre lui. Désormais, les jardins d’orage se multiplient dans les espaces verts, l’eau y coule à nouveau, s’infiltre et retrouve son cycle naturel. Et là où il n’y a plus d’espaces verts, l’idée est de créer de « nouvelles rivières urbaines » pour prendre en charge les eaux de pluie et de captage, à l’écart du réseau d’égouts.

Juillet-août-septembre 2014

En savoir plus

052-049

3.00 CHF

  • Auteur : Valérie Mahaut est professeure à l’Ecole d’architecture de l’Université de Montréal, au Canada.