L'agriculture regagne du terrain dans et autour des villes (version papier)

Depuis une dizaine d'années, l'agriculture urbaine connaît un grand boom. Circuits courts, paniers divers et variés, jardins partagés ou d'insertion, fermes urbaines, agroécoquartiers. La production agricole intra et périurbaine explose de créativité. Ce dossier de LaRevueDurable fait le point des vertus et du potentiel d'amélioration des activités agricoles dans et autour des villes.

L'agriculture urbaine ne prétend pas nourrir les villes. Toutefois, dans un scénario idéal, Rennes Métropole pourrait couvrir 38 % des besoins alimentaires de ses habitants. Elle répond aussi à une demande de bien-être: à Lausanne, 70 % des répondants à un sondage jugent que les jardins en pied d'immeuble augmentent la qualité de vie en ville. Partout, les consommateurs retrouvent le goût des légumes et des fruits frais et sains locaux. Même les petits élevages se frayent une place en ville.

Quant aux services rendus par cette agriculture, ils sont innombrables. En banlieue parisienne, les jardins d'insertion ouvrent à l'emploi et à un sentiment d'appartenance. A Montréal et dans toutes les grandes villes d'Amérique du Nord et d'Europe, les jardins partagés et collectifs rassemblent, mutualisent, créent un terreau de solidarité humaine. A Tokyo, les terres agricoles aident à gérer inondations et tremblements de terre, à rafraîchir les bâtiments. La liste n'est pas close et le mouvement planétaire.

En prime dans ce numéro, le philosophe Michel Puech explique dans une longue interview comment « faire son Gandhi » face aux grands défis globaux. Et Agnès Sinaï présente le « think tank » post-carbone et post-pic-pétrolier qu'elle vient de créer : l'Institut Momentum.

Août - septembre - octobre 2011

Aller à la version numérique

Vous êtes sur la version papier

15.00 CHF